Article du journal MSM du 28 octobre 2016

Après déjà plusieurs années d’optimisation dans les ateliers il est légitime de se poser la question suivante : Où est-il encore possible de trouver des gains de productivité ? Si l’on regarde de manière simplifiée un processus de fabrication de pièces mécaniques, les principaux gains possibles se situent dans l’usinage, la manutention entre les étapes de fabrication mais également dans le contrôle. Ce dernier n’est pas à négliger, car son rôle est de superviser la bienfacture de la production.

mmt mécanique de précision

Revenons au début Historiquement, le premier réflexe a été d’investir dans des machines outils ultra rapides car la valeur ajoutée se trouve dans l’usinage de la pièce. Les constructeurs de machines l’ont d’ailleurs bien compris car ils rivalisent depuis des années sur des temps d’usinage de plus en plus courts en concevant des machines de plus en plus rapides et flexibles. Côté manutention il existe aujourd’hui de nombreuses solutions allant du robot en passant par des systèmes de palettisation qui permettent des gains de temps entre les opérations de fabrication. Ici aussi les progrès ces dernières années ont permis des gains significatifs.

Après l’usinage optimisé et la manutention automatisée, que reste-t-il ? En revanche, il est intéressant de constater que le contrôle reste encore aujourd’hui le parent pauvre. Il est encore trop souvent considéré comme une opération dont la valeur ajoutée est difficilement justifiable dans les investissements, mais néanmoins indispensable. L’explication vient probablement de l’écart grandissant entre l’amélioration de la productivité des machines-outils et celle des équipements de contrôle. En effet, les performances des machines-outils comme les vitesses d’usinage, le nombre d’axes, les changements d’outils, les CNC n’ont cessé de progresser alors que les équipements de contrôle bord de ligne (type multi-cotes, comparateurs) ou les machines de mesure tridimensionnelle restent plus ou moins dans les mêmes performances dynamiques. Les conséquences sont donc évidentes : là où il ne faut que quelques secondes pour usiner une pièce mécanique, il faut quelques minutes voire quelques heures pour obtenir les résultats de son contrôle, soit de la …

Pour lire la suite, téléchargez l'article